« Deux projets de loi doivent être présentés jeudi 22 juin en Conseil des ministres. L’un prorogera l’état d’urgence pour une sixième période consécutive, jusqu’au 1er novembre prochain. Le second vise à prendre le relais de ce régime d’exception en confiant aux préfets et aux policiers, de façon pérenne, tout un arsenal de mesures préventives.
Étant donné « la menace élevée et durable », il ne peut y avoir de « sortie sèche » de l’état d’urgence, explique le ministère de l’intérieur, qui défend un texte qui « concilie » selon lui l’impératif de sécurité avec le respect des libertés fondamentales.
Les détracteurs du texte – magistrats, avocats, associations – dénoncent à l’inverse un projet liberticide et un durcissement sans précédent de l’arsenal sécuritaire. […]
Le gouvernement espère que le texte pourra être adopté en première lecture avant la fin de la session parlementaire de l’été. »

La Croix