« Le Parlement européen évalue désormais à près de cinq millions d’euros son préjudice potentiel pour les salaires qui auraient été versés frauduleusement à des assistants d’eurodéputés FN entre 2012 et 2017, au centre d’une enquête sur des soupçons d’emplois fictifs, a appris jeudi l’AFP de sources proches du dossier.
L’estimation, 4.978.122 euros au 21 avril, est une « mise à jour » après la découverte des « éléments nouveaux » du dossier ces derniers mois, et peut encore évoluer, écrit dans une note aux juges d’instruction l’avocat du Parlement européen, Patrick Maisonneuve, a précisé l’une des sources. […]
Dans la note transmise cette semaine, 17 députés européens du Front national sont visés, parfois pour plusieurs assistants, a précisé l’une des sources à l’AFP. Figurent parmi eux la candidate du parti d’extrême droite à la présidentielle Marine Le Pen, son père Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot ou Florian Philippot. Autant de cas que l’enquête judiciaire en France, dans laquelle le Parlement européen est partie civile, devra confirmer. »

Le Maine Libre