« Voilà des semaines que François Bayrou et ses proches le promettaient. «Au plus tard deux mois avant le premier tour, vous aurez notre décision», ont-ils expliqué sans relâche. Deux mois et un jour avant le premier tour de la présidentielle, le maire de Pau a donc mis fin au suspense. Et par la même occasion à ses velléités présidentielles. «J’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance», a-t-il lancé lors d’une conférence de presse organisée à 16h30 au siège parisien de son parti. Quelques minutes avant de prendre la parole, François Bayrou avait informé Emmanuel Macron de sa décision. […]
Le triple candidat à l’Élysée a également expliqué que beaucoup de centristes l’encourageaient à se présenter une nouvelle fois, témoignant qu’il avait sérieusement envisagé cette hypothèse jusqu’à la fin de la semaine dernière. «L’attrait de cette bataille correspond à la fois à ma pente et à mon goût», a-t-il reconnu. Mais les contacts qu’il a eus avec Emmanuel Macron ces derniers jours l’ont convaincu de faire ce «geste d’abnégation» en vertu de la «nécessité du rassemblement». […]
Si Bayrou et Macron avancent maintenant dans la même direction, l’attelage paraît encore un peu hétéroclite. Ces derniers mois, le président du MoDem a expliqué le peu de considération qu’il portait à la candidature de François Fillon et au projet du candidat LR jugé «dangereux» et «brutal». Sa préférence allait à Alain Juppé et à l’accord qu’il avait «rêvé» de nouer avec le maire de Bordeaux. Mais le centriste n’a pas épargné non plus Emmanuel Macron. Il a jugé qu’il n’était «pas prêt» pour la fonction présidentielle, qu’il représentait les «forces de l’argent» ou qu’il était le faux nez «de grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique». Tout cela serait oublié. […]
Dès mercredi soir – et sans trop de suspense -, Emmanuel Macron lui a donné satisfaction. «Je fais miens les quatre piliers sur lesquels cette alliance repose», a-t-il déclaré, en soulignant qu’il se présentait «pour rassembler dans leurs différences et leur complémentarité l’ensemble des forces politiques qui peuvent y concourir en dépassant les clivages politiques passés». »

Le Figaro