« Une femme de 32 ans est morte de la rougeole samedi 10 février au CHU de Poitiers (Vienne), a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, mardi 13 février. La patiente, qui n’était pas vaccinée contre la maladie, selon l’agence, avait été hospitalisée le 1er février. Il s’agit de la première victime française d’une épidémie qui a débuté en novembre, en plein débat sur la vaccination obligatoire souhaitée par le ministère de la Santé.
L’épidémie de rougeole sévit en Nouvelle-Aquitaine depuis novembre 2017. Elle « persiste » dans la région, selon l’ARS, qui recense 269 cas confirmés, dont 66 qui ont nécessité une hospitalisation. Quatre de ces patients ont dû être admis en réanimation. Ces chiffres ont plus que doublé depuis le 24 janvier, quand l’ARS comptait 115 cas, dont 32 hospitalisations. L’épidémie touche essentiellement la Gironde et la Vienne, où se trouvent les grosses agglomérations de Bordeaux et Poitiers. Sur l’ensemble du territoire français, la Direction générale de la santé a recensé 387 cas, dont 83 hospitalisations, depuis le 1er novembre. […]
Selon l’agence, « la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine est actuellement insuffisante pour faire face à cette épidémie« . Elle varie de 70,8% à 81% selon les départements, alors que l’Organisation mondiale de la santé recommande une couverture de 95%. « Sur tous les cas de rougeole connus en Europe, du 1er décembre 2016 au 30 novembre 2017, 87% n’étaient pas vaccinés« , estime le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (en anglais). […]
Un malade peut contaminer jusqu’à 20 personnes. Le CHU de Poitiers estime que cinq des personnes hospitalisées ces dernières semaines « ont pu contracter la maladie au contact d’un autre patient au CHU de Poitiers lors de l’apparition des premiers cas« . […]
Comme le rappellent les autorités de santé, aucun traitement antiviral spécifique contre la rougeole n’existe, seuls certains symptômes peuvent être traités. »

FranceTVInfo