« Des vidéos très explicites, confirmées par les militants de l’opposition syrienne, le montrent : la coalition internationale conduite par les États-Unis a effectué en fin de semaine dernière plusieurs bombardements au phosphore blanc sur la ville de Raqqa, fief syrien de l’organisation État islamique. Ce composant, qui peut brûler et tuer une personne, est pourtant interdit dans des zones où les civils sont proches des forces armées. […]
Selon Wassim Nasr, journaliste à France 24 et expert de l’EI, « le but officiel de l’usage de ces armes est de créer des écrans de fumée, afin de permettre aux civils de fuir. Mais, officieusement, les bombes au phosphore visent à créer des incendies afin de déloger les jihadistes, voire à provoquer des asphyxies et des brûlures« . […]
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), plus de 58 civils ont été tués depuis mardi 6 juin. Des vidéos similaires montrant des bombardements au phosphore blanc à Mossoul ont également été diffusées au début du mois de juin, à la suite d’une opération menée par l’armée irakienne, toujours avec l’appui de la coalition internationale. »

France24