« La bataille des malades de la thyroïde contre la nouvelle formule de Levothyrox se poursuit. Alors qu’elle avait déjà commandé début mai une analyse faisant état de nanoparticules de métal dans la nouvelle formule du médicament du laboratoire Merck, l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) poursuit son combat.
Dans un communiqué daté du 14 juin et relayé par FranceInfo, l’association déclare avoir commandé à un laboratoire étranger une nouvelle analyse de la formule controversée du médicament. Selon elle, les résultats mettent en lumière deux changements notoires par rapport à la précédente formule. […]
L’AMFT a fait savoir que les résultats de l’étude de la nouvelle formule du Levothyroxont été transmis à une juge d’instruction du pôle santé de Marseille chargée du dossier, ouvert pour « tromperie aggravée, blessures involontaires et mise en danger d’autrui« .
Interrogée par
FranceInfo, Chantal L’Hoir, présidente de l’Association française des malades de la thyroïde, en appelle à la démission de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, ainsi que la reconnaissance « en urgence » de crise sanitaire « et, par principe de précaution, au retrait du Levothyrox ».

« 

Fréquence médicale