« Une entreprise peut interdire le port de symboles religieux visibles, dont le foulard islamique, sur le lieu de travail, si elle s’appuie sur des raisons objectives et nécessaires comme le principe de neutralité. C’est ce qu’a estimé la Cour de justice de l’Union européenne, mardi 14 mars, en réponse à deux cas en France et en Belgique.
L’interdiction de signes religieux ostensibles ne créerait en effet pas de différence de traitement entre les salariés, en infraction avec une directive européenne du 27 novembre 2000, si « elle était justifiée par un objectif légitime et si les moyens de réaliser cet objectif étaient appropriés et nécessaires« , indiquent les juges de Luxembourg. »

France24