« Miss France 2016, la Lilloise Iris Mittenaere, [a remis] ce samedi soir son titre de reine de beauté en jeu. Ce sont 30 jeunes femmes de 18 à 24 ans qui [se le sont disputé], devant les yeux des associations féministes qui crient au « ringardisme » et aux stéréotypes. […]
L’association Osez le féminisme!, pour qui le concours représente « la ringardise la plus vive« , s’est inquiétée auprès de l’AFP du modèle véhiculé par Miss France, dénonçant « des stéréotypes physiques irréels, sans compter le culte de la pureté avec des concurrentes sans petits amis. Cette mise en concurrence à une heure de grande écoute, entraîne beaucoup de souffrance pour d’autres femmes qui ne font pas 1,75 m pour 50 kilos« , a commenté Claire Serre-Combe, porte-parole de l’association féministe.
« Il est très curieux qu’en 2016, on éprouve encore le besoin de mettre en concurrence des femmes non pas sur des critères intellectuels ou de mérites, mais sur des critères purement physiques« , a-t-elle ajouté. […]
Osez le féminisme! a invité TF1 « à programmer un concours basé sur des femmes remarquables qui agissent contre la pauvreté et l’exclusion« . Ce à quoi Syvlie Tellier, Miss France 2002 devenue directrice générale de la société organisatrice, a répondu que les candidates « agissent aussi pour améliorer la condition féminine« . « 

France Soir