« Emmanuel Macron a parachevé au second tour des législatives sa conquête du pouvoir à marche forcée, un an seulement après avoir lancé son parti qui fait une entrée massive à l’Assemblée nationale et doit lui donner les clefs pour mener son programme de réformes.
La République en marche (LREM) et le Modem obtiennent la majorité absolue à l’Assemblée nationale, avec 360 sièges, selon une première estimation réalisée ce dimanche par Kantar Sofres-onepoint à l’issue du second tour des législatives. La coalition de droite autour des Républicains et de l’UDI limite les dégâts, avec 133 sièges, de même que le Parti socialiste et ses alliés de gauche, avec 45 sièges au total, toujours selon cette estimation. La France insoumise aurait 17 sièges, le Parti communiste 9 et le Front national 6. […]
Parmi les candidats figurent 3.344 femmes, soit un peu plus de 42%, et 4.538 hommes. Le nombre de femmes élues au Palais-Bourbon a régulièrement progressé : 5,95% des effectifs en 1993, 10,81% en 1997, 12,31% en 2002, 18,54% en 2007 avec 107 femmes élues et le record en 2012 avec 158 députées soit 26,86% des sièges. Le long chemin vers la parité devrait connaître un coup d’accélérateur cette année, sous l’effet d’un renouvellement inédit et de sanctions accrues: une loi d’août 2014 double les pénalités financières infligées aux partis qui présentent moins de 50% de femmes. »

Les Échos