« C’était un rassemblement à haut risque pour le candidat socialiste. Après quelques semaines atones, marquées par plusieurs défections dans son camp, Benoît Hamon a organisé, ce samedi, son plus gros meeting, au AccorHotels Arena de Bercy à Paris. Avec près de 20 000 personnes présentes, l’ancien ministre de l’Éducation a réussi le pari de la mobilisation. En comparaison, environ 10 000 personnes s’étaient rendues au meeting parisien d’Emmanuel Macron, porte de Versailles, au mois de décembre. […]
À mi- discours, le candidat du PS 2017 fait soudain furieusement penser à celui de 2012. Lors de son fameux discours du Bourget, François Hollande avait brocardé cet ennemi «qui n’a pas de nom, pas de visage» la finance. Cinq plus tard, Benoît Hamon prend le contre-pied, fustigeant un ennemi «qui a plusieurs noms, plusieurs visages.» «Le parti de l’argent a trop de candidats dans cette élection, continue-t-il. L’un dit enrichissez-vous, les autres enrichissez-nous !» Avant de conclure : «Ils ont le sens des affaires, j’ai le sens de l’Etat.» […]
Benoît Hamon en a cependant profité pour rappeler plusieurs mesures phares de son programme et d’appuyer sur ses propositions régaliennes. Y figure notamment le retour d’une police de proximité, le recrutement de 5 000 policiers et gendarmes supplémentaires, la création d’une force anti-discrimination comme l’inscription d’un droit de la victime dans le code pénal. Enfin, le candidat s’est appesanti sur l’un des points d’accord qu’il a conclu avec les radicaux du PRG : la légalisation du cannabis pour les majeurs. »

Le Parisien