« Alors que le secrétaire général des Nations unies António Guterres avait ouvert les débats en plaidant pour un «  monde sans armes nucléaires  » et une «  solution politique  » à la crise coréenne, le président américain s’en est violemment pris au «  régime vicieux  » de Pyongyang. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s’est embarqué dans «  une mission-suicide  », a lancé le président américain, le qualifiant de nouveau d’«  homme-fusée  ».
Dénonçant les «  États voyous  » qui «  violent tous les principes sur lesquels reposent les Nations unies », Donald Trump a également attaqué l’Iran et dénoncé de nouveau l’accord signé par les grandes puissances avec Téhéran pour encadrer le programme nucléaire de ce pays et s’assurer qu’il ne serve pas à le doter de l’arme atomique. L’accord nucléaire de 2015 est «  un des pires auxquels les États-Unis aient jamais participé  » et représente un «  embarras  » pour eux, a-t-il lancé dans l’hémicycle des 193 États membres de l’ONU. […]
Parmi ses autres cibles, le Venezuela. Le président américain a dénoncé une «  situation inacceptable  » dans la «  dictature socialiste  » du président Nicolás Maduro. «  Nous ne pouvons pas rester sans rien faire. En tant que voisin et ami responsable, nous devons avoir un but  » pour les Vénézuéliens : «  récupérer leur liberté, remettre le pays sur les rails et regagner la démocratie  », a-t-il souligné, en se disant prêt à «  de nouvelles actions  », sans préciser lesquelles. »

Le Point