« Coup de théâtre. François Hollande a annoncé, jeudi 1er décembre, qu’il renonçait à briguer sa succession à l’Élysée en 2017, une annonce inédite dans l’histoire de la Ve République, dans le cas d’un second mandat. Ce choix ouvre le bal de la succession à gauche, alors que la droite vient de désigner son candidat, François Fillon. Voici les principales réactions politiques à cette annonce. […]
L’un des premiers à réagir a été le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, pour rendre hommage à François Hollande. « Le président de la République avec élégance, hauteur de vue, sens de la France et non sans émotion, a décidé de protéger son bon bilan« , a-t-il commenté. Le Premier ministre, Manuel Valls, lui a emboîté le pas, saluant « le choix d’un homme d’Etat » et faisant part de sa « fidélité » ainsi que de son « affection » à l’égard du président. De son côté, l’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira a salué un « moment de dignité comme la politique en était devenue avare« , ajoutant : « L’exigence pour les gauches est colossale.« 
Candidat à la primaire de la gauche, Benoît Hamon a estimé que cette annonce « [ouvrait] la voie au Premier ministre« , dont il s’est empressé de critiquer « le refus de se poser au cœur de la gauche« . Encore plus offensif, Jean-Luc Mélenchon a vu dans la décision de François Hollande « un énorme aveu d’échec« , qui le sauve d' »une espèce de crucifixion pendant cinq mois« . »

FranceTVInfo