« L’incendie des voitures de gendarmes à la caserne de Meylan dans la nuit du 25 au 26 octobre a été revendiqué mardi. Cette nuit-là, le grillage autour de la caserne avait été découpé et quatre voitures brûlées, sous les fenêtres des logements des gendarmes et de leur famille. Heureusement réveillés, ils avaient pu évacuer le bâtiment, lutter contre les flammes et personne n’avait été blessé.
L’incendie a été revendiqué sur Indymedia, le même site où d’autres groupuscules se sont attribués les actions contre la gendarmerie de Grenoble en septembre, contre des véhicules d’Enedis en mai et le saccage de 185 composteurs du réseau TAG en avril dans l’agglomération grenobloise. […]
Dans ce communiqué, il est écrit : « Nous ne voulons pas rester dans la position de victimes dans laquelle la société voudrait nous placer comme meufs (femmes en verlan) ». Elles disent plus loin qu’elles veulent lutter contre « le sexisme et contre le genre ». […]
Cela ne prouve pas que les signataires du communiqué soient les auteurs de l’incendie. Mais les enquêteurs prennent cette revendication très au sérieux. A cause aussi des autres incendies déjà revendiqués sur ce site anarchiste. »

France Bleu