« Interdits depuis 1998, les soins funéraires pour les défunts porteurs du VIH et du VHC (virus de l’hépatite C) ont été (ré)autorisés la semaine passée, a-ton appris ce matin des associations de lutte contre le sida. Fixée par arrêté le 12 juillet par la ministre de la Santé, la liste des affections pour lesquelles ces soins visant à retarder le processus de décomposition (thanatopraxie) sont prohibés ne mentionne plus ces deux infections. »

Libération