“La meilleure façon de se protéger du VIH aujourd’hui reste le préservatif, pour les hommes et pour les femmes, et quel que soit l’âge”, rappelle sur franceinfo Marina Karmochkine, spécialiste du VIH à l’hôpital européen Georges-Pompidou, mardi 24 juillet. Cette médecin immunologiste s’exprime alors qu’une étude publiée mardi montre que la PrEP (un traitement précédent des rapports sexuels à risque) est efficace pour lutter contre les contaminations. Elle préfère nuancer cette bonne nouvelle : le Truvada n’est “pas un médicament miracle” contre le VIH, mais plutôt “une arme supplémentaire dans des stratégies de prévention”, a-t-elle indiqué. […]
Il est vrai que quelqu’un qui a des rapports à risque et qui est sous traitement par Truvada a un risque de contracter le VIH est extrêmement réduit, voire annulé. À condition de le prendre bien, parce qu’on a également montré que dans la durée, il y a pas mal de gens qui ne le prenaient pas bien, parce que c’est très contraignant, il y a une surveillance médicale, biologique. Il y a des gens, des hommes ou des femmes, qui arrêtent de le prendre, comme ils avaient abandonné le préservatif, ils se contaminent à ce moment-là. C’est une arme thérapeutique efficace mais qui s’inscrit vraiment dans cette prévention combinée.”

FranceTVInfo