« C’était l’heure de vérité pour le projet de loi antiterrorisme. […]
Le texte a [été] largement adopté, par 415 voix contre 127, grâce à la mobilisation de la majorité LREM, qui l’ont voté à la quasi-unanimité. Seuls quatre députés se sont abstenus.
Les socialistes ont voté «très majoritairement pour», selon une de leur porte-parole, Ericka Bareigts. […]
Les autres députés de l’opposition n’ont pas voté le texte, à l’exception de cinq députés LR qui ont voté pour. Dans le groupe, 84 autres ont voté contre et neuf se sont abstenus. […]
Insoumis et communistes, qui ont voté contre le texte, fustigent de leur côté «une forme d’état d’urgence permanent» menaçant les libertés, reprenant de vives critiques de syndicats de magistrats, d’avocats, du Défenseur des droits Jacques Toubon ou encore d’experts de l’ONU. Ils dénoncent aussi «un empilement de lois qui, malheureusement, chaque jour démontrent leur inefficacité».
Après avoir envisagé l’abstention, les FN ont voté contre un «sous-état d’urgence» ne s’attaquant notamment pas «à l’idéologie islamiste», selon Marine Le Pen.
L’Assemblée doit désormais trouver un compromis avec le Sénat, qui avait en juillet restreint le texte, rétabli pour l’essentiel par les députés. »

Le Figaro