« Depuis 1974, la participation a toujours été plus forte au second tour de l’élection présidentielle qu’au premier. Cela fut notamment le cas en 2002. Entre les deux tours, l’abstention est passée de 28,4% à 20,3%. Pourtant, les sondages laissent penser que la situation pourrait être différente en 2017. […]
Dans le PrésiTrack d’Opinionway pour Radio Classique et Les Échos, la part des électeurs de Mélenchon à faire ce choix a bondi de 23% à 45% du 24 avril au 28 avril tandis que leur report vers Macron (de 55% à 40%) et vers Le Pen (22% à 15%) a baissé. Interrogé par Le Figaro, un électeur de la France insoumise, qui pense s’abstenir, se justifie: «Voter pour un mondialiste béat, qui brille par son ambivalence et sa vacuité et qui n’est là que du fait du soutien objectif de milieux qui font tant de mal, c’est au-delà de mes forces». Un autre abonde: «Voter en 2017 pour celui-là même qui fait que Le Pen est si haute aujourd’hui, c’est voter dès aujourd’hui pour le Front national en 2022», précisant que, selon lui, «c’est Jean-Luc Mélenchon qui a été capable de faire baisser Marine Le Pen au premier tour». Même chez les électeurs de Benoît Hamon, malgré les consignes des dirigeants socialistes, le vote pour Emmanuel Macron a baissé (de 83% à 68%) au profit de l’abstention ou du vote blanc (de 14% à 29%). […]
Selon Opinion Way, «Emmanuel Macron n’est pas en danger pour la victoire finale». «L’enjeu de second tour n’est pas le nom du vainqueur final, mais le score qu’obtiendra chacun des deux finalistes au soir du second tour», précise l’institut de sondage. En la matière, l’abstention pourrait jouer à plein. »

Le Figaro