“Avec le terrorisme et la crise des migrants, le contexte est “d’apparence propice au rejet de l’autre“, affirme la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) dans son rapport annuel, rendu public jeudi 30 mars. Malgré tout, le nombre d’actes racistes et antisémites a diminué en 2016.
La tolérance est évaluée depuis 1990 en France grâce à un “indice longitudinal“. La CNCDH constate que cet indice, qui va de 0 à 100, est en nette progression. Il a pris 10 points depuis 2013 et s’établit à 65 en 2016, sachant que le plus bas (49) date de 1991 et que le plus haut (66) remonte à 2009. Pour la politologue Nonna Mayer, citée par l’AFP,  la hausse observée depuis 2013 est due au “renouvellement générationnel – chaque génération est plus tolérante que celle qui la précède“, ainsi qu’au “niveau de diplôme, qui monte aussi“. […]
La Commission rappelle que ces chiffres, issus du ministère de l’Intérieur, sont à prendre avec des pincettes. Ils “ne représentent qu’une infime partie des actes racistes commis en France, en raison de faits infractionnels largement sous-rapportés“, explique-t-elle. “On estime que seuls 6% des injures racistes seraient signalés aux autorités, et 3% seulement seraient enregistrés au titre de plaintes“, poursuit la CNCDH.”

FranceTVInfo