« Le procureur de Sarreguemines décide de classer sans suite la plainte pour harcèlement et agression sexuelle contre le député LREM Christophe Arend. Cette plainte de l’ancienne directrice de campagne reposait sur « du vent » selon l’avocat de l’élu. La jeune femme se dit elle « abasourdie« . […]
L’affaire prend désormais un tournure cocasse, selon le procureur de Sarreguemines la plaignante avait un « comportement ambigu« . Elle envoyait selon Jean-Luc Jaeg, des textos à caractère sexuel à Christophe Arend. Elle lui faisait « des avances« . Des propos confirmés par Maître Cohen-Sabban l’avocat de Christophe Arend « c’est plus que des propositions qu’elle lui a faites, elle a envoyé des centaines de SMS. Des SMS échangés et pas seulement avec Monsieur Arend…avec tout le monde, des SMS à caractère pornographique« . Elle aurait justifié ces échanges devant les enquêteurs en parlant « d’humour de camionneur« . […]
Christophe Arend qui n’a pas cessé de travailler à l’assemblée nationale et dans sa circonscription, réclame maintenant des excuse de la part de Delphine Batho. La député des Deux Sèvres refusait de siéger dans le groupe d’amitié France-Allemagne à l’assemblée nationale, groupe présidé par le député de Moselle. »

France Bleue