«  »Il ne s’agit ni de revenir à la IVe République, ni de passer à la VIe mais de repasser aux sources de la Ve République. » Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dévoilé mercredi 4 avril les grandes lignes de la révision constitutionnelle voulue par le président Emmanuel Macron, après des semaines de discussion entre la majorité et l’opposition. […]
Le nombre de députés et de sénateurs sera réduit de 30% « dans des conditions qui garantissent la représentation de tous les départements et les territoires« , a précisé Edouard Philippe. Cela devrait ramener le nombre des députés à 404 et des sénateurs à 244 (contre 577 et 348 actuellement).
« C’est le scénario cible, mais il reste le débat parlementaire« , estimait un député LREM avant l’annonce d’Edouard Philippe. Peu avant, certains dans la majorité alertaient notamment sur un « risque de déconnexion si l’on supprime trop de parlementaires« . « Il faut être entre 20 et 25% [de parlementaires en moins] mais 30% ce n’est pas possible » car cela « sacrifierait les territoires les plus fragiles« , avait affirmé dans la matinée le chef de file LR au Sénat, Bruno Retailleau. « 

FranceTVInfo