« Ce 4 octobre, […] la Première ministre polonaise a tenté d’apaiser la colère des femmes qui gronde à Varsovie contre la proposition de loi visant à interdire complètement l’IVG en Pologne. […]
La proposition de loi, actuellement en commission parlementaire, vise à ne plus autoriser les avortements, sauf si la vie de la mère est en danger. A ce jour, l’interruption volontaire de grossesse est autorisée en cas de viol, d’inceste ou d’une grave pathologie de l’embryon. Il s’agit d’ores et déjà de l’une des régulations les plus dures de l’Union européenne, courronnée [sic] par des centaines de milliers d’avortements clandestins. »

LCI