« Il aura fallu 16 années pour identifier une victime du 11-septembre. Avec plus de 2.750 morts, cet attentat terroriste, qui a marqué les rétines du monde entier, reste encore aujourd’hui le plus meurtrier du XXe siècle. Mais si les vies des victimes ont été volées, pour beaucoup d’entre elles, c’est aussi leur identité qu’on leur a prise. 40% d’entre elles restent encore à identifier.
Depuis, l’équipe médicale de la mairie de New-York s’attache justement à leur rendre et redonner des noms aux dépouilles
[sic]. Le docteur Barbara Sampson, à la tête de cette équipe de médecins légistes, a annoncé, lundi 8 août, être parvenu à mettre un nom sur les restes d’un homme dont la famille a souhaité garder l’identité secrète. […]
Aujourd’hui la victime retrouvée par les siens est le 1641e défunt à renouer avec son identité, cela grâce à une nouvelle technologie, déployée un peu plus tôt cette année. « Le laboratoire d’ADN a eu recours à unetechnologie plus précise qui a livré davantage d’informations et amélioré la méthode d’extraction osseuse du laboratoire », relate le New York Times. Le docteur Barbara Sampson et son équipe en auront bien besoin : il reste encore quelque 1.100 personnes à renommer. »

RTL