« «La situation de sécurité a changé». Voilà comment le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist avait justifié le 2 mars le retour du service militaire national. Aboli depuis 2010, il devrait être rétabli ce 1er juillet afin de faire face à la tension grandissante en mer Baltique. «La nouvelle situation de sécurité est une réalité qui s’exprime notamment sous la forme de la démonstration du pouvoir russe qui a longtemps été sous-estimé et pour laquelle on trouvait des excuses», avait alors expliqué à l’AFP un expert des questions de sécurité, Wilhelm Agrell. […]
Abolie depuis 2010 parce qu’elle ne répondait pas aux besoins d’une armée moderne, la conscription avait été instaurée en 1901. Mais la pression exercée par la Russie sur les pays de l’Est s’est accentuée depuis l’annexion de la Crimée en 2014. En septembre 2016, Stockholm avait déjà remilitarisé l’île de Gotland, dans la mer Baltique. Un an plus tôt, le gouvernement avait choisi de porter le budget militaire à 4,7 millions d’euros par an, soit 1% du PIB. Le ministre suédois de la Défense souhaite maintenant «un mode de recrutement plus stable et augmenter [la] capacité militaire». »

Le Figaro