Ma petite blonde pâle
Qui fait que chaque journée
Se passe comme mes nuits,
Car j’y rêve un petit peu,
Tu parles comme une étoile
Qui se laisse regarder
Mais se sait trop loin d’ici
Pour devoir craindre mes feux.
Néanmoins, je suis patient,
Et la flamme qui m’anime
Ne risque pas de s’éteindre
Avant ton retour sur Terre :
J’ai préparé tout un plan,
Je connais mes futurs crimes,
Et tu pourras bien te plaindre,
Je vengerai ces hiers
Où mes mains ne tenaient rien
Et grognaient de cette absence;
Lorsque tu seras rentrée,
Je serrerai sans répit
Tout ton corps de mes deux mains,
Pour prouver que la distance
N’a pas lieu d’exister
Quand je t’attache à mon lit.