Elle verse des larmes
De n’être aimée jamais
Que de loin, d’un regard,
Par quelques hommes couards
Qui ont peur de lui dire
Qu’ils l’aiment déjà trop,
Qu’ils sont trop imparfaits
Pour la faire sourire,

Que le leur n’est pas beau,
Et elle est toute seule
De cet amour trop veule
Pour lui chanter ses charmes.